Article Les Echos.fr : L’accélérateur Up Grade désigne ses cinq premiers lauréats

La région Nouvelle Aquitaine s’est dotée d’un accélérateur pour start-up d’envergure internationale en forte croissance.

Des insectes à la cybersécurité en passant par les pigments intelligents. C’est à la fois l’acte de naissance de Up Grade et la présentation d’une première promotion de cinq jeunes entreprises aux profils très variés. Créé par la région Nouvelle Aquitaine, cet  accélérateur qui prend plus la forme d’un programme d’accompagnement, s’appuie sur la technopole Unitec et une équipe de trois personnes. « De nombreux acteurs accompagnent la phase d’émergence des projets d’entreprises. C’est le « start ». L’objectif de l’accélérateur est d’accompagner le « up » de ces jeunes entreprises à fort potentiel, et de favoriser la création d’emplois sur le territoire de la Nouvelle-Aquitaine », explique Alain Rousset le président de la région Nouvelle Aquitaine.

 

Déjà du chiffre d’affaires

Les cinq premières entreprises choisies ont toute plusieurs années d’existence, réalisent déjà du chiffre d’affaires et pour certaines ont déjà levé des fonds. Dynvibe a été créée en 2009 par deux Français expatriés en Australie, Anne-Cécile et Nicolas Guillemot sur le créneau du « social listening ». « L’idée est d’écouter pour le compte des marques ce que les internautes en disent sur les réseaux sociaux », résume Anne-Cécile Guillemot.

Née en 2015, Eshard a été créée par deux anciens de Underwriter Laboratory, une très grosse entreprise américaine qui certifie des produits numériques. Eshard s’est spécialisé sur la cybersécurité et notamment les failles liées aux objets connectés avec une douzaine de brevets déposés.

Quant à Rhinov, elle vend aux particuliers un service de simulation d’aménagement intérieur à partir de plans ou de photos. L’entreprise gère déjà 1.300 projets par mois à raison de 99 euros par pièce. « Le modèle économique vers lequel nous nous dirigeons c’est la prescription de solutions de décoration incluant des objets qui seront évidemment accessibles sur le site », résume Bastien Paquereau, l’un des deux cofondateurs.

 

Un périmètre sectoriel élargi

L’ambition de l’accélérateur est justement de ne pas se limiter aux entreprises du numérique. Up Grade accompagne ainsi Olikrom, fondée par un chercheur du CNRS qui a mis au point des pigments intelligents susceptibles de changer de couleur. Ou encore Entomo Farm qui cultive des insectes destinés à l’alimentation humaine et surtout animale.

Autant d’entreprises très différentes. Certaines comme  Entomo Farm ou  Olikrom possèdent déjà un site industriel. La première produit déjà 4 tonnes d’insectes par semaine à Libourne. La seconde vient d’acquérir un bâtiment industriel de 2.000 m2. Aucune des entreprises accompagnées ne va d’ailleurs déménager et toutes vont rester dans leurs locaux.

Des entrepreneurs aguerris

Elles ont en revanche des préoccupations communes. Employant déjà de dix à quarante salariés chacune, elles doivent gérer la croissance. « Elles vont tout être amenée à doubler de taille cette année et c’est toujours très compliqué. Nous sommes là pour les aider à se structurer avec l’appui du réseau Unitec et des 400 entreprises déjà accompagnées », explique Perrine Laquèche la directrice de Up Grade. « L’intérêt pour nous est d’avoir un environnement susceptible de nous aider à passer du stade de PME à celui d’une potentielle ETI », explique Grégory Louis fondateur de Entomo Farm.

Elles doivent toutes aller rapidement à l’international et savoir lever des fonds. Un sujet souvent délicat. « Il faut que ces entrepreneurs lèvent des fonds en sachant garder le pouvoir. L’objectif étant de garder les emplois localement », insiste Laurent Pierre Gilliard directeur Prospective et communication de Unitec.

Frank Niedercorn, correspondant Bordeaux, 30 Avril 2018
Lien vers l’article Les Echos.fr