CNRS News: Trois start-up innovantes en mouvement – Olikrom, Sensome et Damae Medical

Que ce soit pour développer des matériaux intelligents pour des routes plus sûres ou des instruments médicaux connectés pour aider les médecins à prendre les meilleures décisions en connaissance de cause, la recherche du CNRS est au cœur de nombreuses start-up.

Nous en examinons trois, actuellement sous les projecteurs: Olikrom, Sensome et Damae Medical.

 

OliKrom: des pigments caméléon qui révèlent l’invisible

Matériaux qui changent de couleur en fonction de l’impact, de la pression ou de la température : les pigments intelligents d’OliKrom ont créé une révolution dans leur domaine.

Imaginez : vous conduisez sur une route en hiver sous une pluie battante, mais vous êtes confiant, car les pigments photoluminescents optimisent les marquages routiers, rendant même les zones verglacées visibles. Les revêtements, les peintures et les encres qui s’adaptent à leur environnement et utilisent la couleur comme indicateur sont au cœur de la mission technologique d’OliKrom, au croisement de la recherche fondamentale et de ses applications industrielles.

«Nos pigments répondent aux problématiques environnementales dans des domaines allant de l’aéronautique aux revêtements de bâtiments et aux emballages alimentaires», explique Jean-François Létard, fondateur de la start-up et ancien chercheur principal de l’Institut de Chimie de la Matière Condensée de Bordeaux (ICMCB).

Les marquages au sol pouraient devenir visibles la nuit et par mauvais temps grâce au développement de peintures photoluminescentes issues du projet Street/Sushis. EIFFAGE/OLIKROM

Les marquages au sol pouraient devenir visibles la nuit et par mauvais temps grâce au développement de peintures photoluminescentes issues du projet Street/Sushis. EIFFAGE/OLIKROM

J.F. Létard et son équipe ont déposé avec succès leur premier brevet international en 2005. En 2013, il a suivi le programme HEC Challenge+ et s’est formé à la gestion et l’entreprenariat puis il a créé OliKrom. Après avoir mobilisé des fonds auprès de Starquest Capital et de BPI France, OliKrom compte désormais 14 employés et dispose d’un site industriel dédié.

La société collabore avec Airbus depuis près de 6 ans (Retour sur la collaboration OliKrom-Airbus), notamment sur «les pigments capables de détecter les impacts sur les matériaux composites du fait des variations de pression, permettant ainsi de quantifier les dommages subis par les pièces de l’avion lors de la production ou du transport». OliKrom développe également des pigments intelligents qui changent de couleur en présence de gaz, avec un solvant ou la présence de lumière. Pour les pigments caméléon d’OliKrom, l’aventure ne fait que commencer 

Lire la suite de l’article CNRS News