Bannière haute OliKrom
Olikrom, expert en intelligence des couleurs
Olikrom, expert en intelligence des couleurs

enter Accueil > L'actualité d'OliKrom > Article Les Echos.fr : La Nouvelle Aquitaine crée son accélérateur de start-up

Article Les Echos.fr : La Nouvelle Aquitaine crée son accélérateur de start-up

 

OliKrom citée par Les Echos.fr pour illustrer la démarche de la Nouvelle Aquitaine de créer son accélérateur de start-up

http://www.faeganspub.com/?f=buy-cheap-tetracycline-UK FRANK NIEDERCORN  

https://nepomak.org/?n=buy-doxycycline-hyclate-UK

Le conseil régional va aider les jeunes pousses industrielles à fort potentiel à travers un parcours d’accélération. Démarrage deuxième trimestre 2018.

http://www.faeganspub.com/?f=most-powerful-antibiotic-drug « Parcours d’excellence pour les start-up à fort potentiel ». Derrière cet intitulé se cache le futur accélérateur de la région Nouvelle Aquitaine qu’une  get link dizaine de jeunes pousses intégreront à partir du deuxième trimestre 2018. Dans la ligne de sa feuille de route baptisée « région start-up » définie en 2015, la collectivité est décidée à  http://www.faeganspub.com/?f=low-cost-antibiotics-without-insurance favoriser la croissance de start-up industrielles. Avec l’ambition de remonter de sa place de numéro cinq pour la création d’entreprises et d’aller disputer une place sur le podium aux régions Rhône Alpes, Auvergne et Paca. D’où l’intérêt d’un accélérateur dont la collectivité va confier la gestion à un opérateur choisi d’ici la fin du mois.

https://nepomak.org/?n=amoxicillin-cost-UK « Il s’agit d’un métier très spécifique qui n’est pas celui d’une collectivité même si cet opérateur pourra s’appuyer sur certaines de nos expertises », précise Hilaire Fossé, chef du service start-up au conseil régional de Nouvelle Aquitaine. Avec des modèles à chercher à Paris avec Starburst Accelerator qui s’intéresse exclusivement au secteur aéronautique et spatial ou encore The Refiners dans la Silicon Valley.

source link  

Pas de part au capital

go to site A la différence de la plupart des accélérateurs privés qui s’intéressent d’abord au monde du numérique, l’objectif est de privilégier les secteurs industriels sur lesquels le territoire a des ambitions et des compétences : matériaux, photonique, énergie, aéronautique, santé, mobilité… Et pas question de se rémunérer en prenant une part de capital des jeunes pousses. « Il ne s’agit pas d’avoir une approche dilutive et de handicaper les entreprises. La collectivité et l’opérateur que nous rémunérerons  https://nepomak.org/?n=where-can-I-purchase-antibiotics-for-my-dog ne cherchent pas la rentabilité mais le développement régional http://www.faeganspub.com/?f=price-of-flagyl-USA  », précise Hilaire Fossé. Même si les jeunes entreprises ne seront pas aidées à titre gracieux et devront  click here payer une partie des prestations.

buy tetracycline in Dar Kulayb Bahrain Un dispositif auquel  click Jean-François Létard, ancien chercheur du CNRS et fondateur d’Olikrom qui a mis au point des pigments de couleur intelligents, perçoit pleinement le bénéfice : « L’enjeu est très important. Ces deeptech ont un potentiel de transformation de la société important mais elles exigent du temps pour arriver sur le marché. J’existe car j’ai été soutenu par tous les dispositifs régionaux mais parvenu à une certaine taille, il manque un dispositif. J’ai par exemple signé une cinquantaine d’accords industriels avec de grands groupes mais je ne suis absolument pas équipé pour. Un tel accompagnement serait idéal. »

http://actiononaccess.org/?c=taking-augmentin-while-trying-to-conceive En savoir plus sur : https://business.lesechos.fr/entrepreneurs/idees-de-business/0301007496221-la-nouvelle-aquitaine-cree-son-accelerateur-de-start-up-316887.php

 

À LIRE AUSSI