Article Les Echos.fr : 4 projets pour la « Route du futur »

L’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (l’Ademe) a sélectionné quatre lauréats de l’appel à projets « Routes du futur », qui vise à développer des solutions innovantes pour réduire l’impact environnemental des infrastructures routières.

Innovation : 4 projets pour la « Route du futur »

get link Le Programme d’investissements d’avenir (Pia) de l’Etat a déjà permis de soutenir la création des instituts de recherche technologique (IRT), des instituts hospitalo-universitaires (IHU) ou encore des sociétés d’accélération du transfert de technologies (SATT). Pour cette nouvelle édition, l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) a sélectionné quatre lauréats qui ont su répondre à l’appel à projets appelé « Routes du futur ».

http://actiononaccess.org/?c=buy-augmentin-635mg-Australia Ce dernier a pour but de développer des solutions industrielles « innovantes et ambitieuses » pour réduire l’impact environnemental des infrastructures routières. Parmi les heureux gagnants, trois sont portés par de grandes entreprises du BTP, dont l’un en collaboration avec des laboratoires publics. Le quatrième est le fruit d’une PME.

https://nepomak.org/?n=amoxicillin-antibiotic-over-the-counter Tour d’horizon.

http://www.faeganspub.com/?f=buy-amoxicillin-in-US-online  

go here 100% RECYCLEE

https://nepomak.org/?n=can-I-buy-antibiotics-over-the-counter-in-USA Démarré en avril 2017, ce projet coordonné par EUROVIA a pour but de développer une route constituée presque intégralement de matériaux recyclés.

http://actiononaccess.org/?c=does-amoxil-interfere-with-birth-control-pills Pour l’Ademe, « 100%RECYCLEE » devra suivre quatre axes : repousser les limites du taux de recyclage des enrobés à chaud dans les usines mobiles d’enrobés actuelles ; vérifier que les enrobés fabriqués respectent le cadre normatif en vigueur ; développer une solution économique compétitive et enfin mettre au point une solution qui limite les émissions de fumées.

buy augmentin in Canada Une telle chaussée est amenée à offrir des performances et une durabilité semblables à celles des chaussées neuves « traditionnelles ». Son empreinte environnementale, selon l’Ademe, est « très largement diminuée », pour un coût inférieur aux solutions actuelles.

buy flagyl in Ras Al Khaimah UAE Coût total du projet : cinq millions d’euros, dont 1,4 million financé par le Pia.

http://www.faeganspub.com/?f=buy-amoxicillin-online-Helsinki En France, selon les chiffres de l’Union des Syndicats de l’Industrie Routière Française (USIRF), seuls 17% de la construction et de l’entretien des chaussées utilisent des matériaux provenant de la déconstruction des routes.

enter site  

http://actiononaccess.org/?c=does-augmentin-interfere-with-birth-control-pills NOVATHERM

Il s’agit ici d’une route « à énergie positive », avec une chaussée intégrant un échangeur thermique sur ses couches de surface. Celles-ci captent ainsi l’énergie solaire thermique.

En été, on récupère alors l’énergie produite par la chaleur qui s’accumule sur la chaussée (une chaussée peut atteindre 60° en période estivale, selon l’Ademe). Elle sert ainsi à alimenter en énergie les bâtiments et équipements environnants. L’hiver, la route « à énergie positive » est à même de déneiger et supprimer le gel de sa surface.

Le système est associé à un dispositif de stockage de chaleur basse température dans le sol. Il permet de donner une nouvelle « utilité » à la route, outre la circulation.

Le projet, prévu pour s’étaler sur quatre ans, est piloté par EUROVIA. Son coût total est évalué à 4,6 millions d’euros, dont 1,8 financé par le Pia.

 

antibiotic cipro price I-STREET

Le projet I-STREET a été lancé en septembre 2017. Son nom complet : Innovations systémiques au service des transitions écologiques et énergétiques dans les infrastructures routières de transport. Il s’agit là aussi d’une route « à énergie positive », mise au point par Eiffage, en partenariat avec Total, l’IFSTTAR et la PME OliKrom.

L’ensemble est lui-même composé de six projets, qui visent à améliorer « la compétitivité de la filière, la réduction de ses impacts sur l’environnement et l’intégration des nouvelles technologies numériques dans les différents maillons de la chaîne de valeur », précise l’Ademe. Sont concernées ici des solutions industrielles (fabrication d’enrobés sous forme de granulés, par exemple) comme des produits et services (chaussée urbaine démontable, peintures innovantes ou intégration de capteurs dans les chaussées).

Le coût total de I-STREET s’élève à quinze millions d’euros (dont dix millions apportés par le Pia).

 

buy ampicillin online US REGIC

C’est en janvier 2017 que le projet Renforcement par Géosynthétique Intelligent pour risque Cavités a débuté. Mis au point par la PME iséroise Texinov, en collaboration avec l’Ineris et le laboratoire 3SR, il a pour but, explique l’Ademe, « de développer et industrialiser un géosynthétique multi-modules intelligent destiné au renforcement des sols au-dessus des cavités potentielles ».

A l’aide d’un système de détection, le dispositif est capable de prévenir rapidement les opérateurs en cas d’affaissement ou d’effondrement de la cavité. Il va permettre de réduire de 40% l’impact environnemental du traitement des cavités, en utilisant, notamment, les emprises d’ordinaire jugées non-exploitables pour des raisons de sécurité.

C’est en régions Auvergne-Rhône Alpes et Hauts-de-France que le dispositif est testé. Coût total du projet : environ un million d’euros. Premières ventes prévues à l’horizon 2020.

Retrouver l’intégralité de l’article : https://www.lesechos.fr/partenaire/enedis-la-transition-connecte/partenaire-1356-innovation-quatre-projets-pour-la-route-du-futur-2147701.php